RDV avec le fondateur de Yad Eliezer

RDV avec le fondateur de Yad Eliezer

Le Président le plus populaire du monde: le Rav Yaacov Wizel a fondé Yad Eliezer il y a 35 ans. A l’époque il s’agissait d’une initiative ‘’de quartier’’, rien de plus. Aujourd’hui il est à la tête d’une association qui distribue plus de 100 M de shkalim par an (soit à peu près 23 M d’euros), association considérée comme l’une des plus grandes et plus importantes associations caritatives et éducatives en Israël.

J’ai rencontré le Rav Yaacov Wizel à l’entrée des bureaux de Yad Eliezer. Un homme agréable, au regard lumineux et accueillant. Je lui ai raconté qu’a chacun de mes passages ici, je suis eue de voir tant de bonté dans ce monde.

Il m’a souri. «Le bien entraine le bien, et une bonne action en entraine une autre. Chacune des personnes que tu vois travaille pour une association qui a pour but de répandre le bien autour d’elle».

Dans la réalité : une bonne action en entraine une autre

Cette histoire date de ces derniers mois.

Un jeune garçon d’environs 12 ans tapa à la porte du Rav Wizel, chez lui. Quand le Rav lui demanda ce qui l’amenait l’enfant sourit et demanda un peu d’argent.

Le jeune garçon avait l’air de quelqu’un qui avait tapé a beaucoup de portes aujourd’hui, et qui avait trouvé ce qu’il était venu chercher. Le Rav lui donna quelques pièces, puis il ajouta: «Comment se fait –il qu’un jeune homme comme toi ramasse de l’argent?». En silence, il pensait aux cigarettes que le jeune allait acheter avec ces pièces.

«Qui le ferait pour moi?» répondit le garçon, «ma mère est hospitalisée depuis un moment, et mon père est si brisé qu’il ne fait plus rien. Le matin je suis à l’école, et le soir je fais du porte à porte pour m’occuper de moi-même et de ma petite sœur».

Le Rav Wizel, qui rencontre des dizaines de cas du même type chaque jour, ne s’attarda pas. Il a vite fait de s’assurer de la véracité de cette histoire. Depuis, le jeune garçon est invité d’honneur chez lui.

Yad Eliezer envoie à cette famille des bons d’achat et des colis alimentaires réguliers. Parallèlement, nous aidons la famille à obtenir le statut qui lui permettrait de recevoir l’aide de l’état.

Pas de ‘’tout est bien qui finit bien’’, pas encore. Le jeune garçon est à présent plus disponible pour s’investir dans ses études, mais il faudra encore du temps et un long chemin pour que cette famille pour être totalement remise. Nous serons la pur eux tout au long du chemin.

 Faire un Don