Parrainer un mariage

Dansez à votre mariage en pensant que grâce à vous, un H’atan et une Kalla danseront eux aussi à leur mariage.

« Je suis fille unique. Depuis mon plus jeune âge j’ai dû apprendre à m’assumer seule. Mes parents sont malheureusement inaptes à s’assumer eux- mêmes, encore moins à travailler ou à gérer un budget. J’ai toujours su faire avec peu, très peu.

Il y a deux semaines je me suis fiancée. Je doute si j’en ai le droit, mais je rêve d’un mariage comme tout le monde. Car comme tout le monde, j’aimerais me sentir unique en ce jour si spécial. Comme tout le monde, je rêve d’une belle robe d’une respectable fête, d’inviter tous mes amis et connaissances pour passer un merveilleux moment … Peut- être que j’exagère. Peut- être que mes rêves vont trop loin. Mais peut- être pas. Peut- être que vous m’aiderez à les réaliser…Peut-être que moi aussi j’aurai un beau mariage…».

Voici ce à quoi ressemblent les dizaines d’appels que l’on reçoit chaque mois. Celui- ci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Des mariées d’un milieu pauvre, qui rêvent comme n’importe quelle jeune fille d’un mariage respectable, et surtout de pouvoir faire dignement leur premiers pas dans leur vie de femmes et de construire honorablement leur foyer à deux.

Salles de fêtes

Yad Eiezer a toujours soutenu les jeunes couples en vue de leur mariage. Avec le temps nous avons cherché d’autres moyens d’exploiter les dons, afin d’élargir l’aide aux jeunes mariés.

C’est ainsi qu’ont été construites des salles de fêtes au centre de Jérusalem, dans lesquelles les couples d’un milieu plus pauvre peuvent réaliser leur soirée de mariage, pour un coût minimal. La réservation d’une salle comprend aussi celle du traiteur.

Les salles ne portent aucune marque qui pourrait les catégoriser comme « salles pour les pauvres », ce qui laisse aux familles leur pleine dignité. De même, la salle est ouverte deux fois par semaines à d’autres mariages au coût habituel, afin qu’on ne puisse identifier les familles démunies parmi les autres.

Nous réalisons de belles et respectables soirées, pas ostentatoires pour autant.

En huit ans, la demande pour ces salles n’a fait que croitre, ce qui  mené l’association a l’ouverture de deux salles supplémentaires dans le centre d’Israël. Là aussi, les salles sont soigneusement aménagées et décorées, prêtes à accueillir les mariés.

Prise en charge d’une mariée

Malheureusement, même une salle au prix coutant n’est pas donnée à tout le monde.

D’où le projet « Adoptez une mariée».

Vous vous mariez ? Vous mariez un enfant ? Mazal Tov !

Que diriez de contribuer, le même soir, au mariage d’un autre couple qui a besoin de votre aide ?

Avec notre projet d’adoption, un couple peut en marier un autre le soir de son propre mariage :

Il suffit de sélectionner la date de votre soirée dans le calendrier des mariages de Yad Eliezer, et votre don servira directement à couvrir les frais d’un couple nécessiteux se mariant le même soir en Israël.

Dansez à votre mariage en pensant que grâce à vous, un H’atan et une Kalla dansent eux aussi au même instant.

La plupart des mariages que nous soutenus font partie de ce projet.

Les couples ayant pu célébrer leur mariage pour peu de frais, peuvent utiliser leurs faibles économies pour l’achat du nécessaire aux premiers pas de la vie à deux.

L’ouverture de deux autres salles aux alentours de Tel- Aviv a multiplié la quantité d’appels et de couples demandant notre aide.

Plus d’une fois, un père, un H’atan, entrent dans nos bureaux, et dans un mélange nerveux d’anxiété et de timidité, demandent « Est- ce qu’un donateur a été trouvé ? Pourront- nous nous marier dignement ? »

Ils vous attendent. Yad Eliezer vous attend.

Aidez- nous a leur répondre par la positive. Aidez une mariée à être heureuse sous sa H’ouppa.

Choisissez vous-mêmes le montant de votre don, car comme vous le savez, chaque somme est d’une grande aide, et  sans vous rien ne serait possible.

 J'aide un Kalla à vivre son rêve

"Comme tout le monde, je rêve d’une belle et respectable fête, d’invites qui y prendraient plaisir, d’une belle robe de mariée…Peut- être que j’exagère. Peut- être que mes rêves vont trop loin. Mais peut- être pas. Peut- être que vous m’aiderez à réaliser mon rêve… ».