La solidarité, la vraie…

La solidarité, la vraie…

Il appelait pour demander une aide supplémentaire pour payer son mariage. Le fait que celui-ci soit organisé dans une des salles subventionnées de Yad Eliezer ne suffisait pas. Il expliquait les difficultés financières qu’il rencontrait, quand une jeune fille entra dans le bureau. Elle venait choisir le fauteuil traditionnel de la mariée, elle- même, et la décoration florale de la salle.

En plus du soulagement que leur apporte le prix minime de la location de l’une de nos salles de fêtes pour leur mariage (comprend aussi le traiteur), nous faisons de sorte que les jeunes mariés n’aient pas de frais supplémentaires à payer. C’est pourquoi nous avons notre liste de fournisseurs de matériel ‘’spécial’’, comme un fauteuil pour la mariée, chez qui le bas prix n’influence pas la qualité.

La jeune fille survola les pages du catalogue de Yad Eliezer. Un fauteuil traditionnel coûte entre 450 et 650 shkalim. Lorsqu’elle l’apprit, elle s’excusa et referma le catalogue. Cette dépense est plus qu’elle ne peut se le permettre. Elle préfère étendre un drap blanc sur simple chaise.

Pendant ce temps, le h’atan (futur marié) attendait en ligne. La secrétaire reprit le combiné, quant il lui dit: «Dites-lui que vous lui offrez le fauteuil, c’est moi qui paie! ».

Une grande leçon de solidarité

La secrétaire ne comprenait pas. «Vous ne venez pas de m’expliquer pourquoi vous ne pouvez pas payer votre propre mariage?!

“Si…”
“alors comment pouvez-vous vous engager à 450 shkalim supplémentaires?
«je ne peux pas accepter qu’une mariée ait honte le jour de son mariage! Je en sais pas, je demanderai un prêt, je trouverai une solution. Juste dites- lui que c’est offert! ».

Finalement, le Rav Wizel, en apprenant l’histoire, décida d’offrir lui-même le fauteuil.

Quant à nous, nous avons appris une grande leçon de solidarité, et nous sommes restées avec l’émotion de voir quelqu’un qui n’a pas pour lui-même, se sacrifier pour autrui.

D'autres mariées ont besoins d'aide