La Bat-Mitzva de Yaël: le futur du peuple juif

La Bat-Mitzva de Yaël: le futur du peuple juif

Voilà comment fêter sa Bat- Mitzva!

Yaël est une petite fille heureuse. Elle possède tout ce qu’une « presque jeune fille » de 12 ans désire – des parents aimants, trois repas par jour, un lit douillet, des vêtements adaptés à son âge et à chaque saison…

A l’occasion de sa Bat- Mitzva, les parents de Yaël ont choisi le thème du partage, de la charité et de l’amour gratuit pour son prochain – valeurs essentielles du peuple juif. Leur but était d’apprendre à la jeune fille et à ses amies à « se mettre à la place de l’autre » pour mieux le comprendre, de la manière la plus délicate possible, et de permettre aux jeunes filles de connaitre la joie et le contentement que l’on ressent lorsqu’on Donne gratuitement à l’Autre, sans rien attendre en retour.

Une Bat- Mitzva pas comme les autres!

Lorsque les amies de Yaël sont arrivées à la fête, un grand buffet les attendait, recouvert d’une grande nappe. Ce n’était pas la première fête de la classe, les demoiselles étaient déjà habituées aux petits détails, aux pochettes- surprise et aux cadeaux. Mais elles n’étaient pas préparées à ce qui les attendait sous la nappe.

Lorsque la maman de Yaël retira la nappe, les filles découvrirent des dizaines d’accessoires que chaque jeune fille de 12 ans aimerait avoir, et rien qu’à elle: des petites brosses à cheveux, des chaussettes d’hiver fourrées, une trousse de toilette bien garnie, des pinces à cheveux, des bracelets colorés…

Comment Yad Eliezer intervient dans une Bat-Mitzva?

La grand- mère de Yaël travaille à Yad Eliezer. Elle rencontre la pauvreté et connait la misère par cœur. Elle est témoin du soutien apporté aux démunis qui parfois sauve littéralement des vies. Grâce aux accessoires étalés sur le buffet, elle réussit à expliquer aux filles ce que sont la pauvreté et le manqué, d’une manière délicate et adaptée à leur âge, afin de mieux leur faire comprendre l’importance du partage et don de soi.

 La pauvreté c’est une maison glacée car il n’y a pas de chauffage, c’est une fille du même âge qui se nourrit uniquement de riz pendant une semaine d’affilée, habillée de vêtements qui ont déjà servi à d’autres et rarement adaptés à la saison ou à son âge, mais ce n’est pas juste ça. Ce sont aussi et surtout les petites choses, les détails qui l’entourent – une paire de chaussette bien chaude qui n’appartient qu’à elle, un vieil et unique élastique pour attacher ses cheveux, et jamais une jolie pince ou un petit bijou.

Chacune des amies de Yaël prépara un petit paquet pour une autre jeune fille nécessiteuse. Une autre fille de 12 ans qui ne connait pas toutes ces petites choses, et qui ne fêtera surement pas sa Bat- Mitzva.

Pour moi, ce genre d’histoire est l’esquisse d’une prochaine génération basée sur les bonnes valeurs, et le reflet de notre capacité de faire grandir ces enfants dans la sensibilité, l’écoute de son prochain, et le don de soi.

 Faire un Don