« Ne pleure plus ma Chérie, tu auras ton biberon le mois prochain… »

« Ne pleure plus ma Chérie, tu auras ton biberon le mois prochain… »

L’Association Yad Eliezer prend en charge environs 40,000 familles par an, tandis que la majorité de l’aide est subventionnée par les donateurs, en provenqnce d’Israël et du monde entier. Des dizaines de milliers de donateurs soutiennent l’Association, particulièrement lors des périodes qui précèdent les Fêtes de Souccot et Pessah.

Un mois ordinaire a Yad Eliezer

Les nécessiteux reçoivent de quoi combler les besoins de tous les jours: nourriture et produits élémentaires, lait infantile en poudre pour bébés, repas chauds pour les personnes âgées et seules, aide régulière aux familles monoparentales, aux veuves et aux orphelins, soins dentaires subventionnés, aide spéciale aux futures mariées, aide à l’emploi, à la jeunesse en difficulté, etc, etc…

40,000 familles qui dépendent de nous.

Perturbations

L’été 2016 était difficile.

Nous avons observé que le soutien de Yad Eliezer accorde aux nécessiteux augmente de 10% chaque année. Cependant, sans raison apparente, en 2016 nous comptons de moins en moins de dons.

Ce qui est certain par contre, c’est que le budget disponible à présent ne permet pas d’envisager « un mois ordinaire » à Yad Eliezer, ni pour le mois à venir ni pour les suivants.

Faire un don

« Ne pleure plus ma Chérie, tu auras ton biberon le mois prochain… »

La confirmation est arrivée de la comptabilité: il nous faut choisir quel programme interrompre, décider qui ne recevra pas d’aide le mois prochain.

Mais c’est inconcevable. Pouvons-nous interrompre la distribution de lait pour bébés? Impossible, qui les nourrira?

Pouvons-nous interrompre l’aide régulière et indispensable aux veuves et mères célibataires? Non, elles et leurs enfants comptent sur nous.

Laisser tomber les adolescents, les personnes âgées, les enfants, les mariées?

Nous ne pouvons prendre une décision pareille. Il s’agit de survie.

Faire un don

Appel qux donateurs

Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour ne rien enlever à personne, mais il ne faut pas se leurrer: si nous voulons réussir à passer le mois de septembre et les Fêtes qui suivent sans qu’aucune famille ne soit laisse pour compte, nous allons avoir besoin de vous.

Faire un don