13, 000,000 de ₪ pour les nécessiteux

13, 000,000 de ₪ pour les nécessiteux

Ce que nous avons fait pour les Fêtes

80% du soutien aux nécessiteux a été donné avec des bons d’achat

Yad Eliezer cherche depuis toujours à adapter personnellement le soutien à la personne qui le reçoit.

Si au début de l’Association, les colis alimentaires étaient la méthode de soutien la plus répandue, nous préférons depuis un moment déjà, offrir des bons d’achat. Ces bons permettent aux nécessiteux de retrouver peu à peu une certaine autonomie, ne serait-ce qu’en choisissant eux- même comment dépenser leur budget.

D’autre part, la distribution de bons d’achat nous permet de faire des économies importantes sur les transports: plus besoin de camions, d’essences, de chauffeurs, de points de distributions… bien sûr, restent encore beaucoup de familles qui reçoivent des colis alimentaires, mais chaque cas est traité individuellement, pour adapter au mieux l’aide au bénéficiaire.

Coopération avec des associations caritatives locales pour les nécessiteux

Depuis plusieurs années, Yad Eliezer coopère avec des associations caritatives locales pour plusieurs raisons:

Premièrement, les associations locales connaissent mieux les nécessiteux de leurs secteurs respectifs. Ils peuvent aider à la classification des familles et à l’adaptation de l’aide à chacune d’entre elles.

D’autre part, il y a très peu d’associations actives dans les petites villes. Les associations les plus actives, comme Yad Eliezer, se trouvent dans les grandes villes, où il est plus simple de trouver des donateurs. Dans les villes de banlieues, le niveau socio-économique est plus bas, ce qui entraine à la fois plus de besoins et moins de soutien des donateurs.

En coopérant, nous pouvons gagner les deux.

De quoi ont besoin les nécessiteux d’Israël?

13, 000,000 de ₪ représentent  énormément d’argent. C’est la somme que nous avons pu collecter pour les Fêtes cette année. Avec cette somme, des milliers de familles, de soldats et de personnes vivant dans la misère ont pu passer les Fêtes normalement, presque comme nous.

Malgré cela, nous avons dû refuser une infinité de demandes. Trop de personnes sont reparties bredouilles, et ont dû passer les H’aguim sans un sou.

Peut-être l’avenir s’annonce-t-il meilleur? A vous de nous le dire.

Faire un Don